Les villes les plus sécuritaires de la région de Montréal

Quand on décide de s’installer dans une ville ou un quartier, que ce soit pour y fonder une famille ou simplement pour y travailler, il est toujours intéressant d’en savoir davantage sur sa nouvelle ville ou son nouveau quartier. Un des critères importants, surtout si on désire y avoir des enfants, est le taux de criminalité. Qui aurait envie de vivre dans un endroit où le crime est élevé ? Et quelles sont les villes les plus sécuritaires de la région de Montréal ? La réponse ici.

Sur la carte ci-bas (qu’on peut cliquer pour agrandir), sont indiquées en vert les villes les plus sécuritaires de la région métropolitaine de recensement de Montréal et en rouge celles où il y a le plus de crime. Notons qu’il n’est malheureusement pas possible d’obtenir des données précises pour chaque ville, individuellement. Les municipalités sont regroupées selon l’organisation policière dont elles dépendent. Ainsi, il est possible qu’une ville au sein d’une organisation policière ait moins de crime que sa voisine ; par exemple, Boucherville subit possiblement une criminalité moindre que Longueuil, mais puisqu’elle est sous la responsabilité de la police de Longueuil, les données entre les deux villes sont combinées. Idem pour certaines des villes sur l’île de Montréal.



Du premier coup d’œil, on constate la supériorité des villes de banlieues sur la ville-centre. Plusieurs des villes faisant partie des meilleurs endroits où élever une famille sont également des endroits où la criminalité y est beaucoup plus basse. À l’opposé, la criminalité est beaucoup plus élevée à Montréal, mais également à Saint-Jérôme et dans le canton de Gore.

Les données ont été calculées en établissant une moyenne de trois ans (2015 à 2017) à partir de l’indice de gravité des crimes violents et de l’indice de gravité des crimes sans violence de Statistique Canada. Le premier indice considère, comme son nom l’indique, tous les crimes impliquant de la violence, incluant les menaces, le harcèlement criminel et la séquestration. Le second indice concerne les crimes contre les biens, les délits de la route, les infractions relatives aux drogues et toutes les infractions à des lois fédérales.

Statistique Canada définit l’indice de gravité de la criminalité ainsi :

L’Indice de gravité de la criminalité (IGC) mesure les variations dans le niveau de gravité de la criminalité au Canada d’une année à l’autre. On attribue à tous les crimes un poids fondé sur leur gravité. Le niveau de gravité est fondé sur les peines actuellement prononcées par les tribunaux dans l’ensemble des provinces et des territoires. Les crimes plus graves ont des poids plus élevés, et les crimes moins graves, des poids moins élevés. Par conséquent, les infractions plus graves ont un effet plus marqué sur les variations de l’Indice. L’IGCDP est établi sur la base 2006=100. Les poids de l’IGC sont mis à jour à l’aide des données de l’Enquête intégrée sur les tribunaux de juridiction criminelle (ISAC) tous les cinq ans.

Les données complètes sont disponibles dans le tableau ci-bas (qu’il est possible de cliquer) :



Les endroits sécuritaires

  1. Repentigny et Charlemagne. Les villes de Repentigny et Charlemagne constituent les grandes gagnantes. Ce sont les endroits où la criminalité y est la plus faible dans toute la région de Montréal.
  2. Hudson, Vaudreuil-Dorion, Saint-Lazare, L’Île-Cadieux, Vaudreuil-sur-le-Lac, L’Île-Perrot, Terrasse-Vaudreuil, Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, Pincourt, Pointe-des-Cascades, Les Cèdres, Coteau-du-Lac, Les Coteaux et Saint-Zotique. Ces villes, situées au sud-ouest de Montréal et qui sont sous la responsabilité de la Sûreté du Québec dans le secteur Vaudreuil-Soulanges, sont les deuxièmes plus sécuritaires de la région de Montréal.
  3. Verchères, Varennes, Saint-Amable, Sainte-Julie, Saint-Mathieu-de-Beloeil, Beloeil, Carignan, Mont-Saint-Hilaire, Otterburn Park, Richelieu, McMasterville, Chambly et Saint-Mathias-sur-Richelieu. Ces villes, sous la responsabilité de la Régie Intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent, constituent le troisième endroit le plus sécuritaire de la région de Montréal.

les endroits plus criminels

  1. Gore. Étrangement (ou non), c’est dans le canton de Gore, à l’extrême nord-ouest de la région de Montréal, que se trouve la pire criminalité de la région de Montréal. Ce canton, sous la responsabilité de la Sûreté du Québec d’Argenteuil.
  2. L’Île de Montréal. Sans surprise, l’île de Montréal arrive au second rang des pires endroits criminels de la région de Montréal. Bien que la proportion de crimes non-violents y soit moins élevée que dans une ville comme Saint-Jérôme, par exemple, on y trouve beaucoup plus de crimes violents. Notons qu’il s’agit de statistiques globales pour l’ensemble du Service de Police de la ville de Montréal et que certaines des villes de l’île subissent possiblement moins de criminalité.
  3. Saint-Jérôme. Sans surprise, encore une fois, la ville de Saint-Jérôme se situe au troisième rang des pires villes de la région de Montréal quant à la criminalité.

À chacun de faire le bon choix !